Audience du 18 avril 2018

L’audience s’est tenue le mercredi 18 avril 2018 devant la Juge des Référés de Beyrouth entre les représentants légaux du GLFL et ceux du Comité des Parents.

Les deux parties ont exprimé leur volonté de trouver un accord à l’amiable.

L’avocat du GLFL a précisé que la base de tout accord doit être l’approbation du CDP de payer au préalable l’augmentation prévue par le budget 2017-2018 sur les salaires des enseignants suite à l’application de la loi 46/2017.

L’avocat du Comité des Parents a réitéré que celui-ci est pour l’application de la loi 46/2017, mais qu’il demandait la révision d’autres points du budget car certains chiffres restaient inexpliqués. Il a insisté sur la question des amortissements et redemandé la communication de l’inventaire des biens amortis.

Madame la Juge a fixé une nouvelle audience au 9 mai 2018 et demandé aux parties de trouver une entente. L’avocat du GLFL devrait donc entrer en contact avec notre avocat. Nous étudierons toute proposition qui nous sera faite.

Nous vous tiendrons informés.

 


En savoir plus:  Motifs de non signature du budget par le CDP  ♦ Jugement du 16 mars  

Publicités

Conflit Budget 2017/2018: où nous en sommes

  • Suite au jugement du 15 mars, l’expert désigné par la Juge des Référés a bien effectué sa mission de collecte des documents demandés. Le Comité des Parents a donc reçu une copie de la facture AEFE et la liste des travaux et rénovations prévus pour 2018. Le GLFL s’est par contre abstenu de communiquer l’inventaire des biens.
  •  Le GLFL s’est opposé au jugement de la Juge des Référés et a demandé au Juge de revenir sur sa décision de gel de la scolarité.
  • Une audience au tribunal s’est tenue le 11 avril en présence des avocats des 2 parties. La Juge des Référés a vivement incité les parties à trouver un accord à l’amiable.
  • La prochaine audience est fixée au mercredi 18 avril. Le Comité des Parents, à travers son avocat, y présentera ses conclusions en réponse à celles du GLFL.

Rappel: le jugement a gelé la scolarité, gel qui ne s’applique pas à la 3ème facture reçue avant les vacances, puisque celle-ci ne contient pas encore l’augmentation. Pour mieux comprendre cette question, consultez nos questions/réponses en cliquant ici.

Nous vous tiendrons informés via notre blog.

Parents sportifs/solidaires-Appel à encadrement

Nous avons besoin de parents pour l’encadrement de la Course contre la faim (mardi 27 mars 2018 dans le Bois des Pins).

Cette course qui mobilise les élèves de la 6e à la Terminale est un temps fort de la vie du Glfl et se déroule dans le plus grand espace public vert de Beyrouth.

Nous espérons que des parents pourront se mobiliser et aider à l’encadrement des jeunes coureurs. Si vous êtes disponibles, particulièrement entre 7h30 et 14h30, merci de nous contacter : cdp.glfl@gmail.com.

Vos enfants sont-ils nomophobes ?

La nomophobie est une maladie liée à la peur excessive d’être séparé de son téléphone mobile. NO MObile-phone PHOBIA. Un sujet qui préoccupe beaucoup les parents qui n’étaient cependant malheureusement pas nombreux à la conférence donnée le 12 mars par Dr. Sami Richa (psychiatre) à l’initiative de la direction du collège du GLFL.

 

Quelques chiffres :

-Nous consultons nos portables en moyenne 221 fois par jour.

-Un adulte  passe 5h07 min par jour sur un écran (tablette ou portable) et un enfant 4h11min!

Ce fléau concerne la majorité de nos enfants…

Il existe aux Etats-Unis un centre de désintoxication en pleine forêt pour réapprendre à l’enfant à vivre sans portable ni écran

Risques d’une surdose d’écrans et d’internet :

-impact sur les résultats scolaires

-appauvrissement de la mémoire

-trouble du sommeil, fatigue

-négligence des activités habituelles

-sortie du système scolaire

-difficulté à regarder les gens dans les yeux

-difficulté à s’intégrer en société, isolement social

 

Quelques conseils:

L’important n’est pas seulement la quantité d’heures passées devant l’écran mais surtout la relation que l’enfant crée avec son écran car pour certains cela devient une addiction.

-Rien ne remplace les échanges familiaux directs autour de l’écran.

-Il est déconseillé d’aller voir en cachette ce que l’enfant fait, cela peut créer plus de problèmes que cela n’en résoud.

-Il est préférable de :

Construire une relation de confiance et savoir la préserver.

-Chercher à comprendre pourquoi son enfant passe autant de temps devant son écran. Timidité excessive ? Volonté d’éviter la société ?

-Essayer de comprendre ce que nos enfants font sur leurs écrans sans les critiquer automatiquement.

-S’intéresser à ce que les enfants font.

-Prendre 5 minutes pour discuter des Whatsapp

-Ne pas tout rejeter en bloc. Parfois il y a des choses très intéressantes. Du  moment que le parent s’intéresse à ce que son enfant fait, il pourra dire « non » et exercer une autorité parentale.

Les réseaux sociaux :

-Beaucoup d’adolescents les utilisent comme un espace d’expérimentation et d’innovation qui leur permet de se familiariser avec les espaces numériques et d’explorer le monde des humains.

-ils y tissent des liens et restent en contact.

Il faut juste savoir limiter le temps que nous y passons….

 


Dans une deuxième partie de la soirée, Docteur Ronald Moussa (neurochirurgien) 

et Docteur Carine Abou Khaled (neurologue) nous ont présenté l’association Epsilon fondée en 2004. Un de ses objectifs est de sensibiliser le public sur l’épilepsie afin que cette maladie ne soit plus taboue et ne fasse plus peur.

1 personne sur 26 développe cette maladie dans sa vie. Bénigne, l’épilepsie est compatible avec une vie normale.

Epsilon oeuvre à apporter un support médical et social aux épileptiques et à leurs familles, et défend leur droit à une meilleure qualité de vie.

Questions réponses suite à la décision du Juge des Référés

Suite au jugement de vendredi 16 mars 2018, voici une synthèse de nos réponses aux questionnements des parents.

 

Devons-nous donc payer la 3ème facture?

Oui car en payant la troisième facture nous aurons payé 94 % de la scolarité 2016-2017.


Devons-nous signer la fiche de réinscription?

Oui. Vous exprimez par-là votre volonté de réinscrire votre enfant au GLFL pour 2018-2019. Vous vous engagez à payer la scolarité légale (à déterminer par l’autorité compétente ou approuvée par le CDP et le GLFL).


En quoi ce jugement est-il important?

Le CDP a la responsabilité de signer le budget, ce qui nécessite la consultation de documents justificatifs. Toutefois, leur consultation n’était pas systématiquement autorisée par les directions des établissements.

Le jugement de vendredi consacre le droit du Comité des Parents de consulter tous les documents nécessaires à son étude du budget.

C’est donc une décision de portée nationale.


Que signifie le gel?

Le gel signifie qu’en attendant que soit fixé le taux d’augmentation de la scolarité par l’autorité compétente, le GLFL ne peut réclamer aux parents l’augmentation de 17% qu’il demande. Celà ne signifie pas qu’il n’y aura pas d’augmentation, mais son pourcentage reste à déterminer.


Pourquoi le gel porte-t-il sur la 4ème facture seulement?

Car le montant cumulé des 3 premières factures représente 94% du total de la scolarité 2016-2017.


Pourquoi nous avoir alors dit de suspendre le paiement de la 3ème facture?

Parce que nous avions présenté un recours juridique. Il était donc prudent de ne pas se prononcer avant la décision du juge, d’autant que nous étions encore dans les délais de paiement.


Pourquoi cette 3ème facture est-elle arrivée si tôt, peut-on retarder son paiement?

La loi ne fixe pas les dates d’émission des factures. Elle mentionne simplement que la scolarité doit être au minimum échelonnée en 3 versements.


Comment obtenir actuellement une attestation?

Avant la date limite de paiement de la 3eme facture, vous êtes en droit d’obtenir une attestation même si vous n’avez pas payé. Au-delà, vous obtiendrez l’attestation après avoir réglé la facture.


Nous avons l’impression que vous vous attaquez aux enseignants français puisque vous demandez à consulter leur salaire. Pourquoi?

Pas du tout. La présence des enseignants français est un plus pédagogique, notamment en terme de formation, de qualité et d’ouverture, auquel le CDP tient. Le budget présenté indiquait une augmentation conséquente de la masse salariale des résidents par rapport à l’an dernier sans augmentation de leur effectif. Nous n’avons pas obtenu de document justifiant cette augmentation. Voilà pourquoi nous avons demandé aux autorités judiciaires de nous aider.

Budget 2017-2018 GLFL : décisions du Juge des Référés

Un jugement favorable aux demandes du Comité des Parents a été rendu ce vendredi par la Juge des Référés de Beyrouth Présidente Hala Naja.

Gel de l’augmentation des scolarités 

♦ La Juge a prononcé le gel de l’augmentation des scolarités de 17% prévue dans le budget 2017-2018 jusqu’à ce que l’autorité compétente  décide du montant. Une pénalité d’un montant de 7 millions LL est due pour chaque augmentation encaissée.

♦ La Juge, au vu du tableau des scolarités communiqué aux parents par le GLFL en date du 2 mars, a précisé que ce gel de l’augmentation porte sur la dernière facture (4ème).

 

Communication des documents demandés

♦ La Juge des Référés a consacré le droit, pour le Comité des Parents, de consulter les documents nécessaires à son étude du budget pour lui permettre de mener à bien sa mission d’approbation du budget de l’établissement. Mission qui lui est donnée par le décret 4564/81 et la loi 515/96 et l’article 336 du code de procédure civil.

Par conséquent :

♦ Le GLFL est tenu de fournir au CDP l’inventaire des biens amortis qu’il a demandé.

La Juge des Référés désigne un expert chargé de consulter les documents et comptes relatifs aux aménagements et rénovation, ainsi que les salaires des enseignants résidents du GLFL.

 

Attestations

La Juge des Référés ne s’est pas prononcée sur la demande d’attestation, vu son caractère préventif et qu’aucun refus de délivrer une attestation n’a été signalé.


Téléchargez ici le texte du jugement


Cette décision du Juge des Référés de Beyrouth a été communiquée ce vendredi au GLFL.

Nous répondrons aux questions des parents et apporterons les éclaircissements nécessaires dans un prochain article.

 

3ème facture (mars) : suspension du paiement

Chers parents, actuellement une troisième facture de scolarité vous est envoyée par le GLFL. Cette facture « 3ème échéance » datée de mars 2018 est un début d’application* de l’augmentation de 17% que le Comité des Parents a refusé et pour laquelle nous avons lancé une procédure judiciaire.

Nous vous demandons de ne pas la régler, dans l’attente d’un accord ou d’une décision des autorités compétentes.

Nous vous informerons de toute évolution de la situation.

Restons solidaires!

*Elle s’appuie sur le courrier envoyé aux parents le 2 mars avec le tableau des scolarités 2017-2018 qui annonce 4 versements.